Bien-être

Comment gagner confiance en soi en tant que peintre ?

Chaque artiste peintre cherche à gagner confiance en soi. En particulier lorsque l’on débute, on a tendance à se trouver nul-le et à sentir qu’on n’arrive pas du tout à faire ce qu’on voudrait. On a l’impression que c’est facile pour les autres et que nous, on galère. Malheureusement, il est assez courant d’en rester là et de se décourager, voire abandonner.

Pour éviter l’amertume et l’abandon, voici une série de conseils pour gagner confiance en soi en tant que peintre.

Aspects purement techniques pour gagner confiance en soi

Commencer

On a tous été débutants. Personne ne naît savant, capable de produire une oeuvre d’art. Même les soit-disant génies (Picasso, Léonard de Vinci) ont été débutants et ont fait des oeuvres moches ou inintéressantes au début. Ils ne se sont pas découragés et ils ont continué.

Prendre des classes

Si tu as étudié aux Beaux-Arts c’est génial, tu as une solide formation technique et il te reste à développer votre style. Dans le cas contraire, il est nécessaire de te former. C’est mon cas, d’ailleurs. Je suis autodidacte et je n’arrête pas de me former. Il y a plein de façons d’apprendre : aller à une académie de peinture, faire des stages intensifs le weekend ou en vacances, suivre des cours en ligne en direct ou à son rythme.

Prendre des classes de peinture
Photo Tim Mosshlolder pour Unsplash.

Pratiquer, pratiquer, et encore pratiquer !

C’est la constance qui fait avancer, pas le génie ! Comme toute activité, plus on pratique, plus c’est facile. Et plus, on prend du plaisir car on galère moins. Il faut y passer des centaines, voire des milliers d’heures. Tu sais ce qu’on dit : qu’il faut passer 10,000 heures sur un sujet pour devenir expert ! Un prof des Beaux-Arts disait qu’il fallait avoir peint mille tableaux avant de commencer à être vraiment à l’aise. Ça me semble beaucoup, mais je dirais qu’il faut au moins peindre une centaine de tableaux (du début à la fin) pour franchir un palier et faire la différence.

Tester

Pour gagner en confiance, il est important de tester, jouer, innover. Ne fais pas tout le temps la même chose ! Essaie d’autres techniques, par exemple la céramique ou la photographie. En peinture, essaie d’autres mediums, d’autres palettes que tes couleurs habituelles, essaie un autre genre. Peins avec ta main non dominante. Peins sans la pression de faire un tableau parfait, uniquement pour le plaisir de peindre, de jouer comme un enfant. Éclate-toi, retrouve la jubilation d’un enfant de trois ans !

Apprendre de ses erreurs

Trompe-toi ! C’est en se trompant que l’on progresse ! Les ratés nous permettent de voir nos erreurs, les choses qui ne marchent pas, les choses à éviter, les effets qui ne fonctionnent pas ou qui ne nous plaisent pas. En fait, il est très instructif et pédagogique de se tromper. Malheureusement, notre système éducatif pénalise le fait de se tromper, ce qui a coupé les ailes à plus d’un-e artiste potentiel-le.

Documenter

Prends des photos de tes tableaux et plus tard, quand tu les regarderas, tu verras ta progression. Tu seras surpris-e ! C’est très encourageant de constater rétrospectivement que l’on a progressé.

Documenter ses progrès en tant que peintre
Photo Miquel Parera pour Unsplash.

Aspects de l’état d’esprit pour gagner confiance en soi

Le mindset, comme disent les anglophones, est fondamental !

Accepter de se tromper

Mis à part l’avantage technique à apprendre de ses erreurs, il y a aussi un bénéfice émotionnel à accepter ses erreurs. Il est capital de se pardonner et de voir ses erreurs sous un autre angle : « je suis en train d’apprendre, je suis courageux-se car je prends des risques, je me forme, j’ai le droit à l’erreur et j’ai le droit de recommencer ».

Changer son discours intérieur

Surveiller son discours intérieur et être bienveillant-e envers soi-même. C’est intéressant d’observer la “petite voix” qui tourne dans la tête, au lieu de la subir et de prendre tout ce qu’elle nous dit pour argent comptant. Quelle est la mécanique qui la déclenche, quels messages me répète-t-elle ? Est-ce que tu parlerais de cette façon à ton ami-e qui essaie de s’améliorer dans une discipline ? Qu’est-ce que tu dirais à cet-te ami-e à la place ? À chaque fois que l’on se surprend à penser intérieurement “je suis nul-le”, il faut se reprendre et transformer cette phrase systématiquement en “je suis en train d’apprendre et je progresse”.

Changer son discours intérieur pour gagner confiance en soi
Photo Towfiqu Barbhuiya pour Unsplash

Ne pas se comparer aux autres

Chacun a son propre parcours personnel, sa propre démarche artistique, et ses propres circonstances. En classe, en stage, regarde ce que font les autres pour t’en inspirer (ou pour ne pas répéter leurs erreurs) mais pas pour te comparer. Chacun son rythme ! Et sur les réseaux sociaux, le phénomène est encore plus fort. Les artistes ne publient que ce dont ils-elles sont contents, leur feed est soigneusement étudié et trié pour donner la meilleure impression possible (c’est comme le montage d’un film : on ne garde que le meilleur). Tu ne sais rien des coulisses, de leur vie, de comment ils en sont arrivés là. Il est impossible de savoir s’ils sont heureux. Peut-être qu’il y a une équipe de 4 personnes qui gère leur communication ! Je connais des artistes à 20,000 followers qui ne vendent rien, et des artistes qui n’ont même pas 1000 followers qui vendent très bien. 

Avoir du courage

Sois courageux-se ! Il faut du courage pour commencer quelque chose en sachant qu’au début on va être nul-le et ne rien produire de bon pendant un certain temps. Beaucoup de gens n’ont pas ce courage et ne font jamais rien de leur vie. Ce ne sera pas ton cas !

Abandonner le perfectionnisme

Laisse tomber le perfectionnisme. C’est la plaie ! D’abord la perfection n’existe pas, donc tu ne risques pas de l’atteindre. Je ne te dis pas de te conformer avec des résultats moyens ou médiocres. Je dis juste qu’il faut chercher à progresser, non pas à être parfait. Nous sommes humains et pas des robots. Pour la perfection, il y a l’intelligence artificielle pour cela et on voit les résultats : en général c’est assez froid et inintéressant. Accepte tes défauts, tant dans ta personne que dans ta peinture. C’est ce qui fait ton charme !

Gagner confiance en soi en tant que peintre
Photo Miguel Bruna pour Unsplash

Conclusion

Il ne faut surtout pas attendre d’avoir confiance en soi pour peindre. Si tu te dis “quand j’aurai confiance en moi je m’y mettrai”, tu ne t’y mettras jamais et te n’avanceras jamais. Même les peintres consacrés ont des doutes et des crises. La confiance, ce n’est pas une émotion que l’on doit avoir en soi AVANT de peindre. Au contraire, c’est en faisant, en peignant donc, que l’on gagne en confiance. La confiance s’acquiert par l’action, pas par la pensée théorique !

Écouter cet article

Si vous le souhaitez, vous pouvez écouter le podcast de cet article (environ 12 minutes d’écoute) :

7 réflexions sur “Comment gagner confiance en soi en tant que peintre ?

  • Dans le domaine de la création, je pense que le manque de confiance est encore « pire » que dans d’autres secteurs. Car on extériorise ce que l’on a à l’intérieur de soi. On n’a peur de ne pas recevoir de feedback positif ou de soutien de la part des autres? Cela peut nuire à la confiance en ses capacités créatives. Merci pour tes conseils.

    Répondre
  • Bonjour,

    Le manque de confiance en soi, touche beaucoup de personnes et généralement on ne sait pas comment y remédier. Votre article est un bon point de départ pour aider à reprendre confiance en soi.

    Mais, bien que la théorie soit simple sur le papier, mais elle est moins facile à mettre en œuvre, car il y a souvent des blocages psychologiques qui empêche d’agir. De plus les personnes ne savent pas toujours comment s’y prendre ou bien se découragent assez vite.

    C’est ce que je vois souvent chez mes clients que j’accompagne en coaching, mais chaque individu est différent.

    Répondre
    • Oui, en cas de blocage, il est bon de recourir à un coach, qui aide à passer à l’action ! Merci de ton commentaire, Mickaël.

      Répondre
  • Merci pour cet article ! J’ajouterai (chose que j’ai eu beaucoup de mal à faire) de garder toujours en tête le côté plaisir de l’activité. Car quand on peint ou quand on fait une activité artistique, c’est d’abord pour le plaisir du processus (même s’il peut être compliqué) que cela nous apporte, pas pour le résultat qu’on obtient à la fin 😉.

    Répondre
    • Tout à fait d’accord avec toi, Marlène. Il ne faut jamais perdre de vue le plaisir du processus en soi ! Merci de ton commentaire.

      Répondre
  • Merci pour cet article intéressant sur les débuts en peinture . Je trouve qu’il se prête à beaucoup de domaine . Quand on débute il est important de ne pas lâcher et de persévérer 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *